product_9782207135945_195x320

 

Mireille, son mari et son fils passent quelques jours dans la richissime famille de Mireille, en Haïti.

Alors qu’ils s’apprêtent à passer une journée tous les trois à la plage, Mireille est sauvagement kidnappée sous les yeux de son mari et de leur bébé.

Elle va être détenue 13 jours, dans l’attente d’une rançon que son père refuse de payer, par fierté.

Pendant ces 13 jours de tortures, privée de nourriture, battue et plus encore, Mireille va puiser dans ses souvenirs pour pouvoir survivre, jusqu’à les effacer pour ne plus rien ressentir.

Enfin libérée, elle va devoir se reconstruire et sa famille devra l’apprivoiser.

 

Mon avis :

Autant le dire tout de suite, ce roman ne fait pas la promotion d’Haïti, bien que l’auteure soit issue d’une famille haïtienne.  Comme à Cuba ou en Amérique Latine, vous êtes soit très riche, soit très pauvre, et plus souvent très pauvre… L’auteure nous décrit parfaitement ces deux mondes et leurs interactions. Misère, jalousie, avarice, cruauté, mensonge… les pires travers d’une telle forme de société y sont dépeints.

Ce roman est très violent dès le début. L’enlèvement, puis la séquestration, réservent des séquences d’une cruauté extrême. Et pour supporter ça, Mireille, comme aussi pour nous apaiser, nous, lecteurs, se souvient des jours d’avant, le temps du bonheur et de l’amour.

On a l’impression d’être dans un manège à sensations. Ça monte très haut en puissance, puis ça redescend en douceur.

L’après enlèvement est tout aussi violent, plus psychologique, plus sensitif. Jamais un personnage n’aura autant été décortiqué.

L’auteure est une militante féministe et cela se ressent énormément dans ce roman.

La femme est victime des hommes mais reste forte et (relativement) insoumise. Les portraits d’hommes dans ce roman sont vraiment très enlaidis.

Ce père que Mireille adore, par fierté, par égoïsme, refuse de payer une rançon qui aurait pu faire libérer sa fille en quelques heures.

Ce mari, incapable de prendre une décision ou de s’imposer, sera démuni face à cette nouvelle femme qu’on lui rend : complètement terrorisée, méconnaissable physiquement, sauvage et qui a perdu la raison en 13 jours.

Ces tortionnaires, tous dépeints comme des idiots incultes et barbares, la feront revenir à un état quasi sauvage.

Un roman très dur et très fort. Un appel à l’aide pour un pays et son peuple. Un message féministe très présent. Une nouveauté de la rentrée à ne pas rater.

 

Extraits :

Il y a trois Haïti : le pays que les Américains connaissent, le pays que les Haïtiens connaissent et le pays que je croyais connaître.

 

Etre assise était trop douloureux, alors je me suis laissée tomber à terre et je me suis glissée sous le lit. Il y faisait plus frais, plus sombre. J’espérais pouvoir disparaître ou mourir.

J’attendais que mon père verse la rançon et que mon mari me retrouve. Je fixais la porte en songeant : « Ca a duré assez longtemps. Quelqu’un va venir. Je vais survivre à ça. » J’attendais le salut. Personne n’est venu.

 

Ce qu’on ne soupçonne pas à propos d’un enlèvement, c’est le pur ennui, la solitude violente, les heures sans fin que l’on passe seul en n’ayant rien à faire, rien à regarder, aucune bonté à découvrir.

 

4ème de couverture :

Fille de l'un des hommes les plus riches d'Haïti, Mireille Duval Jameson mène une vie confortable aux Etats-Unis. Mais alors qu'elle est en vacances à Port-au-Prince avec son mari Michael et leur bébé Christophe, Mireille est kidnappée. Ses ravisseurs réclament un million de dollars à son père. Pourtant, ce dernier refuse de payer la rançon, convaincu que toutes les femmes de sa famille seraient alors enlevées les unes après les autres. Pendant treize jours, Mireille vit un cauchemar. Son ravisseur, dit le commandant, est d'une cruauté sans nom. Comment survivre dans de telles conditions et, une fois libérée, comment surmonter le traumatisme, pardonner à son père et recréer une intimité avec son mari ? Mireille et les siens vont pourtant réussir à reprendre pied et découvrir que la rédemption peut revêtir les formes les plus inattendues.

 

L’auteur :

Née à Omaha, dans le Nebraska, en 1974, d'une famille haïtienne, Roxane Gay est une auteure reconnue et respectée sur la scène littéraire américaine. Elle a déjà conquis un public enthousiaste avec ses nouvelles et essais (dont le best-seller Bad Feminist), Véritable icône de la contre-culture aux Etats-Unis, Roxane Gay est une fervente militante des droits de la femme et de la liberté sexuelle. Sa voix se fait entendre plus fort encore dans l'Amérique de Trump.