EVADEZ-MOI

21 mai 2018

La Confession de John Herdman

61ysXKznTJL

 

 

Les parutions de Quidam Editeur sont toujours des découvertes. Souvent courtes, parfois étranges et déstabilisantes, ces lectures ne sont jamais comme les autres. La Confession n’échappe pas à la règle.

La première chose que l’on remarque c’est la construction du récit. Léonard Balmain est un auteur sans le sou, célibataire, qui répond un jour à une annonce dans laquelle est recherché un auteur « anonyme » pour rédiger une biographie. Tenté par l’aspect financier, il accepte de rédiger celle de Torquil Tod.

Le roman s’ouvre avec Léonard qui explique pourquoi et comment il en est arrivé à écrire cette biographie d’un homme somme toute ordinaire, sorte d’ermite quelque peu autoritaire. Il nous livre alors le manuscrit rédigé selon les directives de Tod. Ce dernier y raconte tout une période de sa vie et peu à peu le récit tourne à la confession.

Abus de faiblesse, manipulation, endoctrinement, folie sont autant de thèmes abordés dans ce roman noir.

L’écriture est superbe, grâce également à la traduction par Maïca Sanconie. Chaque mot semble choisi, tout comme les références littéraires qui jalonnent ce récit. John Herdman se rapproche des auteurs classiques sans pour autant abuser de descriptions inutiles ou qui alourdiraient le récit.

Il est difficile de parler de ce roman sans risquer de trahir son déroulement.

Le final est extrêmement déroutant et tout autant inattendu. Pour ma part, j’ai été bluffée et ce n’est pourtant pas si facile que ça d’arriver à me mener en bateau.

La Confession est une belle découverte et John Herdman un auteur que je vais suivre au plus près.

 

4ème de couverture :

Ecrivain aguerri mais pauvre, Leonard Balmain accepte par contrat de rédiger anonymement et en toute confidentialité l'autobiographie de Torquil Tod, un homme mystérieux et insaisissable. Au fil de ce que ce dernier lui confesse et des révélations de plus en plus sinistres qu'il est tenu de coucher sur le papier, Balmain réalise qu'il en sait trop. L'histoire mouvementée de Tod le mène-t-elle à sa propre perte ?

 

L’auteur :

John Herdman est né à Edimbourg en 1941. Diplomé de Cambridge où il a effectué ses études supérieures, il a été très impliqué dans la question du nationalisme écossais, tant sur le plan politique que littéraire, époque retranscrite dans Poets, Pubs, Polls and Pillar Boxes (1999).
Herdman est reconnu à la fois comme romancier, nouvelliste, dramaturge et critique. John Herdman a été décrit comme « le véritable successeur de James Hogg et R. L. Stevenson ». Son œuvre est empreinte d’une obsession particulière liée à la thématique de la dualité (il a d’ailleurs publié une étude sur le Double dans la littérature du dix-neuvième siècle). Herdman est également l’auteur d’une des toutes premières études sur les chansons de Bob Dylan (Voice Without Restraint). Il est marié et vit dans le Highland Perthshire.

 

  • Editeur : Quidam Editeur (Avril 2018)
  • Collection : Made in Europe
  • Traduction de l’anglais (Ecosse) : Maïca Sanconie
  • Prix : 20 €
  • ISNB : 978-2-37491-079-6

 

  

 

La Confession | Quidam éditeur

Ecrivain aguerri mais pauvre, Leonard Balmain accepte par contrat de rédiger anonymement l'autobiographie de Torquil Tod, un homme mystérieux et insaississable. Au fil de ce que ce dernier lui confesse et des révélations de plus en plus sinistres qu'il est tenu de coucher sur le papier, Balmain réalise qu'il en sait trop.

http://www.quidamediteur.com



Posté par LauLo-EvadezMoi à 16:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


20 mai 2018

Le Vieux Pays de Jean-Pierre Rumeau

A1XglZ95zWL

 

 

Le Vieux Pays, c’est un petit bourg aux abords de l’aéroport Roissy CDG. Au début des années 70, ce village résonnait encore des réacteurs du bruyant Concorde. Pasdeloup perd la femme de sa vie le jour où un Tupolev s’écrase sur la ville. Des années plus tard, il est toujours là, motivé par la restauration de l’église du village, un village fantôme, habité par des dealers et des personnages tous plus étranges les uns que les autres.

Jean-Pierre Rumeau entame ce roman d’une façon très intéressante qui induisait une suite qui m’intriguait. Il campe son personnage de Pasdeloup. Un homme qui n’est vraiment pas sympathique, ni avec les autres personnages du roman, ni pour le lecteur. Il est désagréable, méchant. Et même si c’est un homme blessé par la perte de son amour de jeunesse, il ne déclenche aucune empathie. C’est un personnage complexe, peut être un peu trop, à l’image de l’intrigue qui se révèle assez brouillonne et on perdra assez vite le fil conducteur.

L’auteur nous dépeint de façon très sombre et sans espoir ce petit coin de région parisienne prêt à disparaître emmenant ses habitants et ses secrets avec lui.

Reste le message. Pasdeloup est un ancien démineur qui a effectué nombre de missions à l’étranger. Ses relations avec Israël sont étroites puisqu’il a passé un certain temps là-bas, formé dans un Kibboutz. L’auteur nous parle de terrorisme lié notamment à la petite délinquance de nos villes mais ce n’est pas le message principal. Un tout autre sujet est abordé lors de flashbacks concernant la vie de Pasdeloup. Je n’irai pas plus loin, au risque de trop en révéler sur le roman. J’ai trouvé le message un peu trop marqué à mon goût, sans réel lien avec l’intrigue qui de ce fait perd de son intérêt.

Il n’en reste pas moins que l’écriture s’avère plaisante et que pour un premier roman, le niveau est déjà très bien. Un roman qui n’a pas tenu ses promesses en ce qui me concerne même si sa lecture a été agréable.

En sélection du Prix des Chroniqueurs de Toulouse Polars du Sud.

 

4ème de couverture :

 « J'ai trouvé ici un cercueil inhabité, le couvercle grand ouvert, et je m'y suis installé. Il y avait peu d'êtres vivants dans le voisinage, le lieu était selon mon coeur, inimaginable pour le commun des mortels. J'y ai créé un vieux pays qui n'appartient qu'à moi, avec mon passé, ma loi et mes frontières, avec mon cimetière et mes souterrains. »

Plongée stupéfiante dans un univers à la limite du réel - les vestiges de Goussainville, au bout des pistes de Roissy -, le Vieux Pays est un thriller magnétique et radical, à l'image de son héros, un homme dont la vie s'est arrêtée un jour de juin 1973, lorsqu'un Tupolev 144 s'est écrasé sur la ville, anéantissant le seul être qu'il aimait.
Quarante ans plus tard, une rencontre inattendue le confronte à son cauchemar. Et l'oblige à choisir son camp.

 

 

L’auteur :

Après des études au Conservatoire National Supérieur d'Art Dramatique de Paris et un master d'Histoire de l'art, Jean-Pierre Rumeau se tourne vers le métier de cascadeur, puis de formateur et conseiller cascades, activités qu'il pratique pendant plus de trente ans. Parallèlement, il met en scène des pièces de théâtre (parmi lesquelles Le Neveu de Rameau au Théâtre du Ranelagh) et des one-mans show (avec notamment Nicolas Canteloup à l'Olympia). Il est également auteur dramatique et scénariste et travaille actuellement à un long métrage qui sera réalisé par Euzhan Palcy.

 

  • Editeur : Albin Michel (28 février 2018)
  • Prix: 19.50 €
  • ISBN: 9782226399021

 

 

 

 

Le Vieux Pays - Jean-Pierre Rumeau

" J'ai trouvé ici un cercueil inhabité, le couvercle grand ouvert, et je m'y suis installé. Il y avait peu d'êtres vivants dans le [...]

http://www.albin-michel.fr



 

 

Posté par LauLo-EvadezMoi à 09:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

15 mai 2018

Power de Michael Mention

26753796_911489615687114_589438953_n

 

 

Je connaissais le style de Michael Mention et j’ai encore en mémoire son génial Bienvenue à Cotton’s Warwick paru en décembre 2016 chez Ombres Noires. J’ai retrouvé son écriture précise et rythmé, brutale et j’ai encore une fois savouré et adoré Power.

Mais pas seulement pour l’écriture.

L’auteur nous raconte au travers de Neil, Charlene, Tyrone, ce qu’ont été les Black Panthers pendant une période difficile pour les Etats-Unis. En pleine guerre froide avec l’URSS, enlisée dans la guerre du Vietnam, pleurant JFK assassiné en direct sur toutes les chaînes du pays, la toute puissante Amérique vacille sous les soulèvements. La mouvance hippy appelle à l’amour, pas la guerre. Et les noirs américains veulent qu’on leur donne enfin la place qu’ils méritent, luttent contre la ségrégation sous la menace du puissant Klu Klux Klan.

Dans ce contexte une petite poignée de noirs d’Oackland, inspirés des discours de Malcom X et de Martin Luther King, montent un petit groupe, les Black Panthers. Leur but ? Aider la population des ghettos noirs à ne plus être victime du racisme de la police. Armés de leurs bouquins de droit, ils sillonnent la ville pour porter main forte à leurs frères interpelés dans les rues. Et le mouvement va grossir et s’étendre à Los Angeles, Philadelphie…

Neil est flic, un « porc » selon les Black Panthers. Il raconte sa ville, son métier, ses peurs.

Charlene est une ado de 16 as de Philadelphie totalement ralliée à la cause du BPP (Black Pathers Party). Elle nous parle de sa vie, de ses espoirs, de sa foi en la révolution qui se prépare.

Tyrone est un taulard enrôlé par le FBI pour infiltrer l’organisation. La peur au ventre, partagé entre les menaces de l’agent du FBI et son allégeance au BPP, il nous dévoile toute la machinerie de cette organisation.

Ce roman est une mine d’information sur cette fin des sixties et sur les stars qui l’ont représentée : les Stones, Jimmy Hendricks, Otis Redding, Bobby Kennedy, Marlon Brando et beaucoup d’autres.

Alors ce roman est-il politiquement orienté ? Certainement, mais pas tout à fait. L’auteur ne montre pas non plus un mouvement pacifiste même si leur but l’était. La police a-t-elle le mauvais rôle ? A vous de voir.

Ce qui est évident, c’est que ce roman est un grand roman noir, un document incroyable, le tout avec un fond sonore musical omniprésent.  D’ailleur Michael Mention vous propose la playlist du roman ici :

 



 

Et soyez curieux, vous verrez que la plupart des personnages de ce roman, ainsi que beaucoup de faits relatés, sont réels.

Je ne résiste pas à vous illustrer cette chronique par quelques photos des vrais Black Panthers ainsi qu’une image très forte que vous comprendrez à la lecture du roman.

8646424632121197

histo-black-panthers-bobby-seale-huey-newton

Un incontournable à lire et à relire.

 

4ème de couverture :

« Ici, comme dans les autres ghettos, pas d'artifice à la Marilyn, ni de mythe à la Kennedy. Ici, c'est la réalité. Celle qui macère, mendie et crève. » 

1965. Enlisés au Vietnam, les Etats-Unis traversent une crise sans précédent : manifestations, émeutes, explosion des violences policières. Vingt millions d'Afro-Américains sont chaque jour livrés à eux-mêmes, discriminés, harcelés. Après l'assassinat de Malcolm X, la communauté noire se déchire entre la haine et la non-violence prônée par Martin Luther King, quand surgit le Black Panther Party : l'organisation défie l'Amérique raciste, armant ses milliers de militants et subvenant aux besoins des ghettos. Une véritable révolution se profile. Le gouvernement déclare alors la guerre aux Black Panthers, une guerre impitoyable qui va bouleverser les vies de Charlene, jeune militante, Neil, officier de police, et Tyrone, infiltré par le FBI. Personne ne sera épargné, à l'image du pays, happé par le chaos des sixties.

 

L’auteur :

Michaël Mention est né en 1979. Passionné de rock, de cinéma et d'histoire, sa trilogie policière consacrée à l'Angleterre a été récompensée par le Grand Prix du roman noir au festival international de Beaune en 2013 et le Prix Transfuge meilleur espoir polar en 2015. Power est son dixième roman.

 

En sélection du prix des Chroniqueurs de Toulouse Polars du Sud.

  • Editeur : STEPHANE MARSAN (4 avril 2018)
  • Prix : 20.00 €
  • Nbre de pages: 464
  • ISBN: 978-2378340216

 

 

 

Stéphane Marsan : une nouvelle collection de littérature

Une collection d'écrivains, dédiée à leurs voix singulières, leur talent, leur propos, leur vision du monde et du temps. Une littérature du réel, actuelle et humaine, dont les sujets et la sensibilité trouvent un écho dans la vie de chacun d'entre nous.

http://www.stephanemarsan.fr



Posté par LauLo-EvadezMoi à 06:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,