61nHxZLSvQL

 

 

Voici un des titres de la rentrée littéraire Sonatine, traduit par Fabrice Pointeau. David Joy est l’un des auteurs invités au festival Toulouse Polars du Sud cette année.  J’ai donc choisi de découvrir l’auteur avec son dernier roman paru en France.

Thad et Aiden sont deux amis d’enfance qui sont nés et ont grandis dans une toute petite ville dans les Appalaches. Aiden est orphelin depuis que son père s’est donné la mort après avoir abattu son épouse. Thad est un enfant « illégitime » qui n’a jamais connu ni son père, ni l’amour de sa mère. Quand Thad revient de la guerre au Moyen-Orient, les deux garçons, devenus hommes, se retrouvent dans leur misère d’origine, leur ville natale, sans une seule lueur d’espoir pour un avenir lumineux. Drogue, alcool et menus larcins leur permettent de survivre jusqu’au jour où leur dealer se tue accidentellement devant eux et c’est l’occasion inespérée pour rafler la drogue et l’argent du mort, ni vu ni connu.

On pourrait résumer ce roman par « Bien mal acquis ne profite jamais » tant cette aubaine risque de causer leur perte.

On a là un roman noir, très noir. David Joy nous emmène loin des clichés et des cartes postales qui nous montrent souvent une Amérique prospère et encore aujourd’hui vrai Eldorado pour des milliers d’immigrants. Non, ici on est encore une fois dans l’Amérique profonde, loin des touristes. Une Amérique agricole qui peine à survivre, désertés par les jeunes qui ont la chance de faire des études. Les autres partent faire des guerres qui ne sont pas les leurs, certains restent pour maintenir les fermes debout. Leur seul moyen de s’en sortir, c’est la délinquance et se droguer ou boire pour oublier leur vie misérable. Aiden et Thad sont de ceux là mais restent touchants car ne sont-ils pas, finalement, les premières victimes du système ?

Après un début un peu long, on s’attache très vite à ces deux garçons et on suit leur déboire avec un réel intérêt, dire « plaisir » serait un peu malsain pour ce roman.

L’écriture, sans faire preuve d’originalité, reste d’un très bon niveau. L’auteur se concentre majoritairement sur ses personnages, diluant l’intrigue dans des souvenirs d’enfance ou d’adolescence sans pour autant la noyer.

C’est en tout état de cause un très bon roman noir que j’ai lu et un auteur qui n’en est qu’à son deuxième roman mais qui livre ici un roman abouti. Auteur à suivre.

 

4ème de couverture :

Après avoir quitté l’armée et l’horreur des champs de bataille du Moyen-Orient, Thad Broom revient dans son village natal des Appalaches. N’ayant nulle part où aller, il s’installe dans sa vieille caravane près de la maison de sa mère, April, qui lutte elle aussi contre de vieux démons. Là, il renoue avec son meilleur ami, Aiden McCall. Après la mort accidentelle de leur dealer, Thad et Aiden se retrouvent soudain avec une quantité de drogue et d’argent inespérée. Cadeau de Dieu ou du diable ?

 

L’auteur :

Après Là où les lumières se perdent (Sonatine Éditions, 2016), unanimement salué par la critique, David Joy nous livre un nouveau portrait saisissant et désenchanté de la région des Appalaches, d’un réalisme glaçant. Un pays bien loin du rêve américain, où il est devenu presque impossible d’échapper à son passé ou à son destin. Plus encore qu’un magnifique « rural noir », c’est une véritable tragédie moderne, signée par l’un des plus grands écrivains de sa génération.

 

  • Editeur : Sonatine (30 août 2018)
  • Traduction : Fabrice Pointeau (anglais USA)
  • ISBN : 9782355843396

 

 

Toulouse Polars du Sud

David Joy est un jeune écrivain américain né en 1983 à Charlotte (Caroline du Nord). Son premier roman Where all light tends to go (Là où les lumières se perdent , 2016), publié en 2015 est finaliste pour L'Edgard Award du meilleur premier roman.

http://toulouse-polars-du-sud.com



 

Le Poids du monde | Lisez!

Le Poids du monde, de David JOY (Auteur). " Un roman parfait, qui va rester dans toutes les mémoires. " Donald Ray Pollock

https://www.lisez.com