A1XglZ95zWL

 

 

Le Vieux Pays, c’est un petit bourg aux abords de l’aéroport Roissy CDG. Au début des années 70, ce village résonnait encore des réacteurs du bruyant Concorde. Pasdeloup perd la femme de sa vie le jour où un Tupolev s’écrase sur la ville. Des années plus tard, il est toujours là, motivé par la restauration de l’église du village, un village fantôme, habité par des dealers et des personnages tous plus étranges les uns que les autres.

Jean-Pierre Rumeau entame ce roman d’une façon très intéressante qui induisait une suite qui m’intriguait. Il campe son personnage de Pasdeloup. Un homme qui n’est vraiment pas sympathique, ni avec les autres personnages du roman, ni pour le lecteur. Il est désagréable, méchant. Et même si c’est un homme blessé par la perte de son amour de jeunesse, il ne déclenche aucune empathie. C’est un personnage complexe, peut être un peu trop, à l’image de l’intrigue qui se révèle assez brouillonne et on perdra assez vite le fil conducteur.

L’auteur nous dépeint de façon très sombre et sans espoir ce petit coin de région parisienne prêt à disparaître emmenant ses habitants et ses secrets avec lui.

Reste le message. Pasdeloup est un ancien démineur qui a effectué nombre de missions à l’étranger. Ses relations avec Israël sont étroites puisqu’il a passé un certain temps là-bas, formé dans un Kibboutz. L’auteur nous parle de terrorisme lié notamment à la petite délinquance de nos villes mais ce n’est pas le message principal. Un tout autre sujet est abordé lors de flashbacks concernant la vie de Pasdeloup. Je n’irai pas plus loin, au risque de trop en révéler sur le roman. J’ai trouvé le message un peu trop marqué à mon goût, sans réel lien avec l’intrigue qui de ce fait perd de son intérêt.

Il n’en reste pas moins que l’écriture s’avère plaisante et que pour un premier roman, le niveau est déjà très bien. Un roman qui n’a pas tenu ses promesses en ce qui me concerne même si sa lecture a été agréable.

En sélection du Prix des Chroniqueurs de Toulouse Polars du Sud.

 

4ème de couverture :

 « J'ai trouvé ici un cercueil inhabité, le couvercle grand ouvert, et je m'y suis installé. Il y avait peu d'êtres vivants dans le voisinage, le lieu était selon mon coeur, inimaginable pour le commun des mortels. J'y ai créé un vieux pays qui n'appartient qu'à moi, avec mon passé, ma loi et mes frontières, avec mon cimetière et mes souterrains. »

Plongée stupéfiante dans un univers à la limite du réel - les vestiges de Goussainville, au bout des pistes de Roissy -, le Vieux Pays est un thriller magnétique et radical, à l'image de son héros, un homme dont la vie s'est arrêtée un jour de juin 1973, lorsqu'un Tupolev 144 s'est écrasé sur la ville, anéantissant le seul être qu'il aimait.
Quarante ans plus tard, une rencontre inattendue le confronte à son cauchemar. Et l'oblige à choisir son camp.

 

 

L’auteur :

Après des études au Conservatoire National Supérieur d'Art Dramatique de Paris et un master d'Histoire de l'art, Jean-Pierre Rumeau se tourne vers le métier de cascadeur, puis de formateur et conseiller cascades, activités qu'il pratique pendant plus de trente ans. Parallèlement, il met en scène des pièces de théâtre (parmi lesquelles Le Neveu de Rameau au Théâtre du Ranelagh) et des one-mans show (avec notamment Nicolas Canteloup à l'Olympia). Il est également auteur dramatique et scénariste et travaille actuellement à un long métrage qui sera réalisé par Euzhan Palcy.

 

  • Editeur : Albin Michel (28 février 2018)
  • Prix: 19.50 €
  • ISBN: 9782226399021

 

 

 

 

Le Vieux Pays - Jean-Pierre Rumeau

" J'ai trouvé ici un cercueil inhabité, le couvercle grand ouvert, et je m'y suis installé. Il y avait peu d'êtres vivants dans le [...]

http://www.albin-michel.fr