Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
EVADEZ-MOI
20 septembre 2021

Docile de Aro Sainz de la Maza

61RRqsFknyS

 

 

Traduit par Serge Mestre (Espagnol)

 

Actes Noirs m’a permis de découvrir l’auteur qui est devenu un de mes favoris : Agustin Martinez avec deux fabuleux polars.

Aro Sainz de la Maza le rejoint maintenant avec Docile, polar magistral s’il en est.

Parlons d’abord de ce que l’on peut voir de prime abord : la magnifique couverture de ce roman. Incroyablement raccord avec le texte, ténébreuse à souhait. Chapeau bas.

Passons au texte. J’ai rarement vu autant de minutie dans un roman policier. Aucune scène n’est bâclée au profit d’une autre, rien n’est laissé au hasard et encore moins aux indices tombant du ciel.

Si certaines trames policières sont cousues de fil blanc, l’auteur, avec son flic schizophrène, nous balade de fausses pistes en intuitions erronées, nous faisant douter jusqu’à la fin qui, même si elle faisait partie des « probables », apporte au lecteur comme un soulagement tant la tension apportée au roman est constante dès les premiers paragraphes.

Le roman s’ouvre sur une scène de crime où deux parents, deux de leurs trois enfants et la grand-mère ont été sauvagement assassinés. Seul a survécu un bébé. Un jeune homme erre dans les rues, couvert du sang des victimes, et se présente, hébété et sans aucun souvenir, au poste de police le plus proche. Tout l’incrimine sur la scène de crime.

L’inspecteur Malart prend en main l’enquête malgré la maladie qui l’envahit peu à peu. Schizophrène, il a du mal à gérer ses crises hallucinatoires et ses pertes de conscience. Persuadé de l’innocence du jeune Lucas, il va tout d’abord s’échiner à trouver un autre coupable.

Avec comme décor une Barcelone loin des images de cartes postales, une ville où la violence s’exerce jusqu’à l’intérieur des maisons, où la police est débordée, où les enquêtes s’empilent sur le coin des bureaux de policiers ravagés par leur boulot.

Docile est un polar dense, prenant. Troisième volet des enquêtes de l’inspecteur Malart, il est précédé du Bourreau de Gaudi en 2012 et Les muselés en 2016. Docile peut être lu seul sans problème.

 

Pour résumer, c’est un magnifique polar espagnol comme je les affectionne et l’auteur rejoint le rang de mes auteurs favoris aux côtés d’Agustin Martinez, à découvrir également chez Actes Sud/Actes Noirs (Monteperdido et La mauvaise Herbe).

 

 

Résumé éditeur :

Un jeune homme commotionné et gravement blessé se présente au poste de police pour signaler un crime. Les agents dépêchés sur les lieux découvrent les cinq membres d’une même famille massacrés à coups de pierre. Tout semble accuser le garçon, qui se trouvait sur place et porte sur lui l’ADN des victimes. Un être d’apparence docile qui pourrait tout aussi bien être un monstre, et se révèle, quoi qu’il en soit, un manipulateur hors pair. L’enquête se déroule en cinq journées de vent et de sang dans une Barcelone endolorie, théâtre de toutes les névroses pour un inspecteur aux intuitions plus fulgurantes à mesure que sa vie part à la dérive, cerné comme jamais par la schizophrénie qui semble marquer les siens au fer rouge.

 

L’auteur :

Aro Sáinz de la Maza est né à Barcelone en 1959. Il est éditeur et traducteur. Le Bourreau de Gaudí a obtenu le Prix internationale RBA du roman noir. et Les Muselés, le prix Valencia Negra 2016.

 

 

Docile

Un jeune homme commotionné et gravement blessé se présente au poste de police pour signaler un crime. Les agents dépêchés sur les lieux découvrent les cinq membres d'une même famille massacrés à coups de pierre. Tout semble accuser le garçon, qui se trouvait sur place et porte sur lui l'ADN des victimes.

http://www.actes-sud.fr



 

 

Publicité
Publicité
Commentaires
Publicité
Newsletter
Archives
Publicité