459

 

 

Traduit de l’anglais par Jacques Mailhos.

 

Gallmeister entame sa rentrée littéraire avec un premier roman venu d’outre Atlantique, True Story.

Ce qui m’a interpelée d’entrée c’est la construction tant littéraire que visuelle.

En effet, ce qui, à la base, pourrait passer pour une banale histoire (si on peut dire) de viol pendant une fiesta universitaire, est ici traité d’une manière totalement originale.

Alice est au lycée et se rend à une fête. L’alcool coule à flots. Mais Alice a trop bu. Des garçons de son lycée la raccompagnent chez elle. Mais Alice a trop bu. Elle ne se rend compte de rien. Le lendemain une rumeur circule et enfle au lycée, Alice a été violée par ses deux camarades. Mais Alice avait trop bu, elle ne se souvient de rien mais heureusement, son amie Haley est là pour elle.

Quelques temps plus tard, chacun va donner sa version et surtout subir les conséquences de cette histoire, conforter ou infirmer cette rumeur assassine.

Haley va s’exprimer sous forme de script pour un court-métrage. Devenue cinéaste elle aimerait saisir cette opportunité pour briller sur tapis rouge quitte à exposer, à nouveau, son ancienne amie à la rumeur. Ici le texte, visuellement, est aussi un script avec sa présentation particulière et une police d’écriture dédiée.

Alice, elle, va enchaîner des brouillons de lettres de motivation pour entrer à l’université puis va enfin écrire une longue missive où elle va raconter ce dont elle se souvient, ce qu’on lui a raconté, ce qu’elle a aussi enfoui au fond de son cœur et de sa tête. A cette partie également sa police de caractères dédiée tout comme sa propre mise en forme.

Et puis il y a Nick, Max et Richard. Ces deux derniers sont ceux qui avaient ramené Alice chez elle.

On comprend vite que quel que soit le protagoniste qui raconte, le roman tout entier est certes centré sur Alice, mais surtout dédié à Haley qui est à l’origine de la rumeur autour de cette soirée.

Et que dire de la fin de l’histoire qu’on pourrait retenir comme une morale ? Ce n’était pas celle à laquelle je m’attendais et c’est peut-être ce qui a fini de me faire tellement aimer ce roman. Mais je vous laisse la découvrir.

Cette rentrée littéraire commence au mieux chez Gallmeister.

 

4ème de couverture :

Talentueuse mais solitaire, Alice Lovett prête sa plume pour écrire les histoires des autres. Pourtant elle reste hantée par la seule histoire qui lui échappe : sa propre vie. Une simple rumeur, lancée en ce lointain été 1999 par deux ados éméchés, a embrasé en un rien de temps toute la communauté. Que s’est-il réellement passé sur la banquette arrière de cette voiture alors qu’ils ramenaient Alice, endormie, chez elle ? Accusations, rejets, déni, faux-semblants… la réalité de chaque protagoniste vacille et reste marquée à tout jamais. Et quand le présent offre une chance de réparer le passé, comment la saisir ? Faut-il se venger ou pardonner ? Ou mieux vaut-il tout oublier ? Mais peut-on oublier ce qu’on n’a jamais vraiment su ?

 

L’auteure :

Kate Reed Petty est diplômée de l’université de St Andrews, en Écosse, et vit à Baltimore, Maryland. Elle a publié dans plusieurs magazines, et ses courts métrages ont été montrés au Maryland Film Festival. Elle est co-autrice de la bande dessinée pour enfants Chasma Knights.

 

 

True story - Kate Reed Petty - Éditions Gallmeister

Roman - Fiction ISBN 978-2-35178-213-2 Parution le August 19, 2021 448 pages - 24,60 Euros Trouver ce livre en librairie Talentueuse mais solitaire, Alice Lovett prête sa plume pour écrire les histoires des autres. Pourtant elle reste hantée par la seule histoire qui lui échappe : sa propre vie.

https://gallmeister.fr