Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
EVADEZ-MOI
28 mars 2021

Rosine, une criminelle ordinaire de Sandrine Cohen

rosine

 

 

C’est comme ça, la mort donnée par autrui survient partout, n’importe où et même à la maison. En fait, c’est même là qu’elle advient le plus souvent, même si la plupart des gens ne le savent pas, ou plutôt ne veulent pas le savoir. Les enfants sont les premières victimes de ces crimes familiaux, juste avant les femmes. C’est comme ça, c’est la réalité et c’est son travail. Frédérique Maurois n’a fait qu’un compte-rendu pour les deux petites filles, la conclusion est la même : mort par noyade.

Sandrine Cohen aborde dans son roman un sujet difficile, celui de l’infanticide mais loin de la façon qu’on pourrait attendre. L’auteure a choisi de parler de cette mère qui a volontairement et sans raison apparente, mais peut-il exister une seule raison qui puisse conduire à ce geste, noyé ses deux petites filles de quatre et six ans. Pour cela elle utilise le personnage de Clélia, une enquêtrice de personnalité, qui va chercher, durant tout ce roman, à comprendre et à trouver ce qui a pu amener Rosine à tuer ses enfants.

Si le sujet est difficile, l’approche choisie le rend à la limite du supportable et pourtant c’est très bien écrit, trop bien décrit parfois. C’est vraiment un texte à déconseiller aux âmes sensibles.

L’auteure n’hésite pas à commencer le roman par le meurtre lui-même, à le faire vivre au lecteur (ou à la lectrice), puis l’arrestation et l’incarcération de Rosine.

Certaines scènes sont très difficiles comme la préparation des deux corps par le légiste.

Tout est fait pour faire ressentir l’horreur au plus haut point avant que Clélia n’entre réellement en jeu afin de trouver des raisons à ce double meurtre et enfin nous fasse assister au procès. Au-delà de cette histoire, c’est aussi des failles du système carcéral que pointe du doigt Sandrine Cohen. La surpopulation des prisons, les présumés mauvais traitements sur détenus ou même sur visiteurs, le mélange des détenus sans tenir compte de leurs crimes ou de leur âge à l’image de ce gamin de dix-huit ans paumé et fragile jeté en cellule avec des détenus qui peuvent avoir deux ou trois fois son âge et qui peuvent avoir plusieurs assassinats à leur actif. Certains détenus dont l’isolement a été demandé, le « code bleu », et n’est pas appliqué au centre de détention.

J’ai profondément détesté chaque page de ce roman. J’ai cru refermer le livre dès le premier chapitre. J’ai cru pleurer parfois. J’ai été choquée, écœurée, bouleversée. Pourtant, je l’ai lu jusqu’au bout car c’est un très bon roman. Certes il va heurter, déranger, tout dépendra de vos préjugés, de votre expérience.

 

4ème de couverture :

Un jour, Rosine Delsaux, une femme, une mère, une amie parfaite, tue ses deux filles. Elle les noie. Elle ne sait pas ce qui s’est passé, comment a-t-elle pu faire ça ? Elle culpabilise, s’accuse d’être un monstre. On ne tue pas ses deux filles comme ça. Il y a forcément quelque chose dans la vie de Rosine qui a « permis » ce crime. Avec l’aide de Rosine, Clélia, enquêtrice de personnalité auprès des tribunaux, va rechercher quoi.

 

L’auteure :

Sandrine Cohen est comédienne, scénariste et réalisatrice de fictions et de documentaires. Passionnée de faits divers, elle a notamment réalisé trois documentaires sur des crimes de proximité, passionnels et familiaux. Elle s’est intéressée, au-delà du sensationnel au mécanisme du passage à l’acte. Rosine, une criminelle ordinaire est tiré de ces expériences.

 

 

Pourquoi a-t-elle fait ça ?

Accueil Catalogue Polars Rosine, une criminelle ordinaire, Sandrine Cohen Disponibilité : En stock, livraison en 72 h ouvrées en France métropolitaine... quinze jours ailleurs. 13,00€ TTC Collection Polars en France, N°31 Un jour, Rosine Delsaux, une femme, une mère, une amie parfaite, tue ses deux filles. Elle les noie.

https://www.editionsducaiman.fr



 

Editeur : Editions du Caïman

Collection : Polars en France

ISBN : 978-2919066865

Publicité
Publicité
Commentaires
T
J'ai aimé ce livre pour ce point de vue différent qu'il prend... ( cf mon blog )et aussi pour le personnage de Clélia
Répondre
Publicité
Newsletter
Archives
Publicité