casanova

 

 

Jusqu’à il y a peu, je n’étais pas du tout attirée par les romans historiques, polars ou autres.

Cette fois-ci, j’ai eu envie de m’y plonger de façon assez radicale avec la première enquête du « commissaire aux morts étranges » d’Olivier Barde-Cabuçon.

Casanova et la femme sans visage est donc la première enquête du Chevalier Volnay qui sera suivie de :

-      Messe noire en 2013

-      Tuez qui vous voulez en 2014

-      Humeur noire à Venise en 2015

-      Entretien avec le diable en 2016

-      Le Moine et le Singe-roi en 2017

-      Le Carnaval des vampires en 2018

-      Petits meurtres au Caire en 2019

Ce premier volet sert surtout d’introduction aux duo d’enquêteurs que sont le chevalier Volnay et son fidèle ami Le moine.

Ils vont devoir résoudre les meurtres de deux jeunes femmes ainsi que le mystère d’une lettre, trouvée sur l’une des victimes, et que semblent vouloir à tout prix tous ceux qui gravitent autour de Louis XV.

Aux côtés de Volnay, vont se mêler à l’enquête la Marquise de Pompadour, Casanova le vénitien sulfureux ainsi que des maîtres de confréries toutes plus dangereuses les unes que les autres.

Dans ce polar au décor historique époustouflant, on découvre ou redécouvre certaines facettes de cette royauté, particulièrement dans ses affres et démesures, dans ses croyances, sa piété et ses débauches.

La qualité des descriptions des lieux, des tenues, est exceptionnelle, sans jamais ralentir le rythme de la trame policière qui s’avère être plus politique que criminelle.

Les scènes de croisées des fers (de bagarres donc) donnent de l’énergie alors que Casanova et ses conquêtes amènent le piquant.

Ça a été un réel plaisir de lire ce roman et je vais sans hésiter lire toute la série. C’est différent, original, dépaysant.

Par contre, à tous les « coincés » de tous bords, passez votre chemin. Le XVIIIème n’est pas une période féministe, c’est peuplé d’hérétiques et c’est ça qui est intéressant dans la littérature : découvrir le passé sous toutes ses formes. Essayer de le changer en effaçant des passages de l’Histoire est complètement idiot et totalement hypocrite.

Pour tous les amateurs de polars, c’est un style à découvrir absolument.

 

4ème de couverture :

1759. Une femme sans visage est retrouvée dans Paris. Volnay, le "commissaire aux morts étranges", se charge de l’enquête. Surveillé de près par Sartine, qui voit d’un mauvais œil ce policier hors normes, Volnay, secondé par un moine étrange et Casanova lui-même, remonte la piste d’un crime qui pourrait impliquer la Pompadour et jusqu’à Louis xv en personne.

 

L’auteur :

Olivier Barde-Cabuçon vit à Lyon. Son goût pour les intrigues policières et son intérêt pour le XVIIIe siècle l'ont amené à créer le personnage du 'commissaire aux morts étranges'.

 

Casanova et la femme sans visage

1759. Une femme sans visage est retrouvée dans Paris. Volnay, le "commissaire aux morts étranges", se charge de l'enquête. Surveillé de près par Sartine, qui voit d'un mauvais œil ce policier hors normes, Volnay, secondé par un moine étrange et Casanova lui-même, remonte la piste d'un crime qui pourrait impliquer la Pompadour et jusqu'à Louis xv en personne.

https://www.actes-sud.fr



Éditeur : Actes Sud (mars 2013 pour la version poche)

Collection : Babel Noir

ISBN : 978-2330017774