71BNt40f-NL

 

Traduit de l’anglais par Pierre Reignier.

 

La plupart d’entre nous connaissent ces chaînes insupportables qui consistent à renvoyer un message à un de ses contacts qui transmettra à son tour ce message ou à celles qui pullulent sur les réseaux qui vous demandent de mettre des photos et de « taguer » un « ami ».

Il est un autre fait dont on a tous entendu parler : l’enlèvement d’enfants qui, bien souvent, ne réapparaissent pas ou dont l’issue est fatale. Après la maladie, c’est certainement une des pires peurs que ressentent des parents.

Les heures ressemblent à des années, les jours à des décennies. Depuis combien de millénaires est-elle dans ce maudit cauchemar ?

Un autre matin. Cette sensation au ventre, ces frissons d’horreur, cette terreur qui lui noue les tripes. Tant que vous n’avez pas vu quelque chose ou quelqu’un mettre votre enfant en danger, vous n’avez pas connu la peur. Mourir n’est pas la pire chose qui puisse vous arriver. Le pire qui puisse vous arriver, c’est qu’il arrive du mal à votre enfant. Avoir un enfant, c’est de transformer instantanément en grande personne. L’absurdité, c’est la disparité ontologique entre notre désir de donner du sens aux choses et notre incapacité à trouver un sens dans ce monde. L’absurdité est un luxe que les parents d’enfants disparus ne peuvent s’offrir.

L’auteur s’est inspiré d’un système existant dans le trafic de drogue et a mixé le tout pour écrire un thriller très efficace qui s’articule en deux parties.

La première concerne la chaîne elle-même et constitue l’élément le plus intéressant de cette histoire. La construction est parfaite, c’est prenant avec un maintien constant de la pression avec un récit choral passant de Rachel, la mère, à Kylie, sa fille, prisonnière dans une cave.

La deuxième pose la question de « comment briser la chaîne » afin que d’autres enfants et leurs parents ne soient des futures victimes. Cette partie-là, dans son déroulement et ses scènes d’action, perd de sa cohérence et de son originalité mais reste malgré tout relativement prenante.

Malgré un défaut, pour moi, souvent présent dans les thrillers, qui réside dans des personnages trop stéréotypés, ce thriller a pour gros avantage d’avoir quand même un thème très présent et qui, pour une fois, n’est pas taché d’hémoglobine à outrance. Comment stéréotypés ? Eh bien, nous avons une mère célibataire que son mari a quitté pour une plus jeune, forcément une mère courage et donc obligatoirement héroïne admirable, un vétéran toxico (mon dieu que c’est original), je continue ?

Peu importe, je chipote un peu, faut bien, c’est un thriller et je suis sensée ne pas aimer les thrillers… Non, sérieusement, celui-ci est vraiment bien.

Quant au thème : l’amour maternel bien sûr, la corde sensible avec laquelle on peut jouer. Que ne ferait pas un parent pour sauver son enfant ? (Un parent « normal » j’entends) Mais aussi comment des parents, ou même un seul des deux peut modeler un enfant et en faire un adulte cruel.

La Chaîne est une cruelle méthode d’exploitation de l’émotion humaine la plus importante, qui est l’amour, la capacité à aimer, pour faire de l’argent. Elle ne fonctionnerait pas dans un monde où n’existerait pas l’amour entre parents et enfants, entre frères et sœurs, entre deux personnes.

Donc, malgré des défauts à mes yeux, qui n’en sont pas, puisque classiques du genre, ce thriller se positionne clairement en haut du panier. Original, bien écrit, prenant, what else ?

 

 

4ème de couverture :

VICTIMES.  SURVIVANTS. RAVISSEURS. CRIMINELS.

VOUS SEREZ TOUT CELA À LA FOIS.

Le téléphone sonne. Un inconnu a kidnappé votre enfant.

Pour qu’il soit libéré, vous devez enlever l’enfant de quelqu’un d’autre.

Votre enfant sera relâché quand les parents de votre victime auront à leur tour enlevé un enfant.

Si un chaînon manque : votre enfant sera tué.

VOUS FAITES DÉSORMAIS PARTIE DE LA CHAINE.

VOUS N’ÊTES PAS LES PREMIERS.

VOUS NE SEREZ CERTAINEMENT PAS LES DERNIERS.

 

L’auteur :

Adrian McKinty, critique littéraire et auteur récompensé deux fois par le prix Edgar-Allan-Poe, est l’une des étoiles montantes du polar. Il s’est vu décerner deux fois le prix Ned Kelly et il a également reçu le prix Barry, le prix Audie et le prix Anthony. Les romans de sa série « Sean Duffy » ont été nommés Meilleur polar de l’année par le Times, le Daily Mail, le Boston Globe et le Irish Times. Adrian McKinty est né et a grandi à Belfast en Irlande du Nord. Après avoir étudié la philosophie à l’université d’Oxford, il est parti aux États-Unis pour enseigner l’anglais en lycée. Il vit actuellement à New York.

 

 

"La chaîne", Adrian McKinty

VICTIMES. SURVIVANTS. RAVISSEURS. CRIMINELS.VOUS SEREZ TOUT CELA À LA FOIS.Le téléphone sonne. Un inconnu a kidnappé votre enfant.Pour qu'il soit libéré, vous devez enlever l'enfant de quelqu'un d'autre.Votre enfant sera relâché quand les parents de votre victime auront à leur tour enlevé un enfant.Si un chaînon manque : votre enfant sera tué.VOUS FAITES DÉSORMAIS PARTIE DE LA CHAINE.VOUS N'ÊTES PAS LES PREMIERS.VOUS NE SEREZ CERTAINEMENT PAS LES DERNIERS.

https://www.fayard.fr



 

Editeur : Fayard/Mazarine (mars 2020)

Collection : Thrillers/Polar

ISBN : 9782863745205