511kTS9ZAdL

 

 

Traduction de l’anglais par Carine Chichereau.

 

Je reste dans le bleu en ce début d’année avec une lecture qui n’est pas Noire parce que j’apprécie tous les beaux textes, quel que soit leur « genre ».

Joseph O’Connor nous offre ici un roman passionnant retraçant, de façon romancée et fictive, une partie de la vie de Bram Stoker, illustre auteur et créateur du non moins illustre Dracula.

Avant tout, une mention spéciale pour Carine Chichereau qui a réalisé une traduction magnifique de ce texte écrit dans le style du XIXème siècle.

Une multitude de personnages réels viennent habiter ces pages pour faire revivre le théâtre du Lyceum, à Londres. On y croisera Henry Irving, acteur qui a joué les tragédies de Shakespeare en Angleterre mais aussi en Amérique et en Europe. Caractériel, égocentrique, tyrannique avec Bram, ce dernier lui vouera cependant une amitié sans borne jusqu’à la fin. Ellen Terry, grande actrice de l’époque, viendra chavirer le cœur des deux hommes leur faisant oublier leurs propres épouses et soudant encore leur amitié. D’autres personnages apparaissent également comme Oscar Wilde, Jack l’éventreur ou encore Mina, qui hante le grenier du théâtre.

C’est aussi le Londres de l’époque, en proie à la terreur avec un assassin qui rôde la nuit.

C’est également les rêves de grandeur d’un acteur mégalo, invivable mais dont le talent n’attire que respect et amour.

C’est enfin la vie d’auteur qui n’arrive pas à percer, que personne ne lit et qui doit se résoudre à mener une vie d’esclave auprès d’un autre. Bram Stoker n’aura jamais connu le succès de son vivant et ne saura jamais que son roman si chéri et si détesté deviendra un des classiques de la littérature mondialement connu, adapté, plagié aussi.

Ce texte nous emporte comme une machine à remonter le temps et sa qualité n’a d’égal que la passionnante histoire qu’il raconte.

Une vraie merveille, à tous points de vue.

 

 

4 ème de couverture :

1878, Londres.

Trois personnages gravitent autour du Lyceum Theatre : Ellen Terry, la Sarah Bernhardt anglaise ; Henry Irving, grand tragédien shakespearien, puis Bram Stoker, administrateur du théâtre et futur auteur de Dracula. Loin d’une légende dorée où tous les pas mènent vers la gloire, la destinée de Bram Stoker se révèle un chemin chaotique mais exaltant. Dans ce livre inventif, Joseph O’Connor utilise toutes les ressources du romanesque pour donner vie au Londres foisonnant de l’époque victorienne.

 

 

L’auteur :

Joseph O'Connor rejoint le catalogue des Editions Rivages après de longues années passées chez Phébus, où il était l'un des auteurs emblématiques. Grand romancier irlandais, il revient à la veine historique qui a fait son succès avec ce roman malicieux sur la vie de Bram Stoker, le créateur du mythique Dracula. Mais il refuse toute biographie romancée trop linéaire et se lance dans une fiction inventive, surprenante, qui évoque aussi une figure légendaire du théâtre anglais, l'actrice Ellen Terry, sorte de Sarah Bernhardt londonienne, figure féministe et puissante. Roman d'amour, roman sur les mystères et les errances de la création, ce texte est une célébration de l'Art de raconter et de vivre des histoires.

Joseph O'Connor est né en 1963 en Irlande. Il est l'auteur d'une oeuvre traduite dans le monde entier qui compte plusieurs romans comme L'Etoile des mers ou Redemption Falls. Publié en 2019 en Grande-Bretagne, Le Bal des ombres a connu un grand succès.

 

 

Le bal des ombres

Joseph O'Connor rejoint le catalogue des Editions Rivages après de longues années passées chez Phébus, où il était l'un des auteurs emblématiques. Grand romancier irlandais, il revient à la veine historique qui a fait son succès avec ce roman malicieux sur la vie de Bram Stoker, le créateur du mythique Dracula.

https://www.payot-rivages.fr

 

Editeur : EDITIONS PAYOT & RIVAGES (janvier 2020)

Collection : Littérature étrangère 

ISBN : 978-2743649272