61PdejA4jkL

 

 

Première chronique de l’année et c’est pour vous présenter un très beau roman noir.

Patrice Gain publie son quatrième roman mais c’est le premier que je lis.

Ce qui marque tout d’abord c’est un style et une belle écriture.

L’auteur donne la parole à un adulte qui se rappelle des événements qui ont chamboulé son existence alors qu’il était ado. Ainsi, la construction et la forme n’est pas celle que l’on retrouve dans la plupart des romans avec un ado comme personnage principal. Ici, pas de niaiseries, mais une vraie réflexion sur les différentes manières de surmonter la perte d’un proche et d’autant plus quand on a une vie de nomade qui ne plait pas forcément à tout le monde. Un deuil qui peut entraîner une fragilité et une dépendance facile envers des personnes mal intentionnées.

Au début du roman, de nombreuses références à un roman bien connu surtout dans son adaptation cinématographique, Délivrance de James Dickey (Gallmeister), accrochent le lecteur dans une descente d’un rapide qui va s'avérer mortelle.

Puis vient le temps de la reconstruction pour deux ados dont la mère a bien du mal à s’occuper.

On découvre enfin un contexte historique avec une guerre pas si lointaine en fin de roman qui donne un final qui rattrape la réalité puisqu’une partie est véridique.

C’est réellement une belle découverte que ce roman qui s’assombrit au fil des pages jusqu’à atteindre une noirceur totale.

 

4ème de couverture :

C’est décidé, Tom, sa sœur jumelle Luna et leurs parents descendront le canyon de la Tara en raft. Une belle étape de plus dans leur vie nomade. Pourtant, malgré les paysages monténégrins époustouflants, la complicité familiale et la présence rassurante de Goran, leur guide serbe, la tension envahit peu à peu le canyon et le drame frappe, sans appel. Du haut de ses quinze ans, Tom prend de plein fouet la violence du deuil et de la solitude. Dans l’errance qu’engendre le délitement de sa famille, il découvre la grande douleur, celle qui fissure les barrières et brise toute lucidité, ouvrant les portes à ceux qui savent s’engouffrer dans la détresse des autres. Mais, en dépit du chaos qui lui tient lieu de vie, Tom ne peut s’empêcher de retracer les événements et le doute s’immisce : ne sont-ils pas les victimes d’une Histoire bien plus grande que la leur ?

 

L’auteur :

Patrice Gain est né à Nantes en 1961. Professionnel de la montagne, ingénieur en environnement, il est déjà l'auteur de trois romans aux éditions Le mot et le reste : La Naufragée du lac des Dents Blanches (prix Récit de l'Ailleurs 2018), Denali et Terres fauves.

 

 

Le Sourire du scorpion

Parution : 02/01/2020 ISBN : 9782361391799 208 pages (14,8 x 21 cm) Patrice Gain est un explorateur de la part sombre qui peut surgir à n'importe quel moment, vous tourmente, vous empêche de prendre un quelconque recul sur les événements afin de mieux vous assaillir. Ici, seule la nature sait et reconnaît "les choses".

https://lemotetlereste.com



 

Editeur : Le mot et le reste (janvier 2020)

ISBN : 978-2361391799