81aIavEmt-L

 

 

Detroit, 2013.

Des enfants disparaissent, certains corps sont retrouvés. La police voit dans ces crimes le retour d’un tueur en série qui a sévit plus de 10 ans auparavant.

Le coupable arrêté, il ne veut parler qu’à Sarah, chargée de l’enquête.

 

Mon avis :

Nous voici avec un thriller efficace. Ce roman joue la carte du passé qui ressurgit, comme dans beaucoup de thrillers.

Avec une bonne dose de psychologie, on ne peut que penser à la célèbre série « Esprits Criminels » (Criminal Minds) et pourrait être le scénario parfait pour un nouvel épisode.

Autant le dire de suite, c’est un pur thriller. Action, action, action, un duo homme-femme qui enquête. Un flic tourmenté, évidemment divorcé et une policière plus jeune, un peu perturbée (beaucoup). Un méchant très méchant qui s’attaque à des enfants. Vous allez me dire, ok, déjà lu. Mais non, ce roman tire son épingle du jeu car les personnages sont bien étudiés, l’histoire est vraiment prenante et il a un atout de taille, le personnage principal : Detroit.

L’auteur intègre dans son roman cette ville, Detroit, ou Destroyt, ou Motown, dans son récit comme un personnage à part entière. La ville et son histoire sont très présentes.

Et c’est là que ce roman devient intéressant. On y voit une sorte de « chute de l’empire américain ». Detroit, ville phare et parmi les plus prospère des Etats-Unis, devenue ville au taux de criminalité record. Une ville détruite par les différentes crises économiques. Une ville qui voit sa population la déserter. Une ville qui s’écroule.

L’auteur joue aussi sur la corde sensible avec ces victimes qui sont toutes des enfants.

Le grand mur blanc de la salle de réunion se couvrit des photos des cadavres, mais aucun fil de couleur ne vint les relier entre elles par un quelconque témoin ou indice. Les visages placardés des anges déchus ne se regardaient jamais, ils s’ignoraient et ne possédaient aucune correspondance entre eux, que ce fut dans leur mort ou durant leur vie.

Gwen, neuf ans, s’ajoutait donc à la liste des jeunes victimes. Le petit corps fut retrouvé sur le site du Casino. La carotide écrasée, la tête penchée sur le côté, le cou gonflé par la violence de la pression, le doré de sa chevelure blonde mourant dans la boue de la terre meuble. Sa posture faisait penser à celle d’un canard dont on aurait brisé les vertèbres. Les parents firent une déclaration de presse où ils fustigèrent la passivité mortifère de la police de Détroit. « Son incapacité à trouver des indices permettra au tueur de faire d’autres victimes. Détroit ne survivra pas à la mort de ses enfants. »

Le dénouement est peut-être amené un peu trop brutalement et semble du coup un peu « tiré par les cheveux » mais on est là dans le genre thriller donc ça passe bien.

Les Chiens de Détroit est le premier roman de Jérôme Loubry qui laisse entrevoir un gros potentiel dans le thriller.

Tous les ingrédients y sont, reste juste peut-être à développer le tout.

Cela reste un très bon thriller, parmi les meilleurs de cet automne.

 

4ème de couverture :

DÉTROIT A PERDU SES REPÊRES.
SES HABITANTS L'ABANDONNENT.
SES ENFANTS DISPARAISSENT.

2013, à Détroit. Cette ville qui a été la gloire de l’Amérique n’est plus qu’une ruine déserte, un cimetière de buildings.
Cette nuit-là, la jeune inspectrice Sarah Berkhamp mène le groupe d’intervention qui encercle une maison et donne l’assaut. Mais aucun besoin de violence, le suspect attend, assis à l’intérieur. Il a enlevé cinq enfants. Et il est sans doute le Géant de brume, le tueur insaisissable qui a laissé derrière lui sept petits corps, il y a quinze ans. Alors pourquoi supplie-t-il Sarah : « Aidez-moi… » ?
L’histoire s’ouvre donc avec l’arrestation du coupable. Et pourtant, elle ne fait que commencer. À Détroit, personne n’est innocent…

 

L’auteur :

Jérôme Loubry est né en 1976 à Saint-Amand-Montrond. Il a d’abord travaillé à l’étranger et voyagé tout en écrivant des nouvelles. Désormais installé en Provence, il publie aujourd’hui son premier roman.

 

  • Broché: 306 pages
  • Editeur : Calmann-Lévy (11 octobre 2017)
  • Collection : Calmann-Lévy Noir
  • Prix : 18.90 €
  • ISBN : 978-2702161708

 

 

Découvrez l’actu de Calmann-Lévy ici :

 

Calmann-Lévy Noir

Le pénitentier Marcus revient pour une nouvelle lutte contre le crime. Alors que Rome plonge dans les ténèbres, un tueur de l'ombre fait surface.

http://calmann-levy.fr