41fMB80ZiqL

 

Le corps d’une fille de 12 ans est repêché dans la Garonne.  Matias Vialat et Paul Ostriconi sont chargés d’annoncer la macabre découverte aux parents et de mener l’enquête.  Peu de temps après, trois autres enfants disparaissent, deux sont retrouvés morts. Quand le fils de Paul disparait à son tour, l’enquête va revêtir un aspect plus personnel et Matias ne reculera devant rien pour retrouver Simon.

 

Mon avis :

Ce roman policier bénéficie d’une trame très recherchée et très bonne. Même si l’enquête semble se résoudre facilement mais avec une réelle surprise dans sa finalité, le déroulement des évènements s’avère très intéressant.

Je perds toujours un peu de neutralité quand l’action d’un roman se déroule à Toulouse (on se demande pourquoi). Aucune incohérence dans les lieux ni dans le temps, bien que l’action ne se déroule visiblement pas de nos jours puisqu’on voit passer une Fuego, une 2CV et même une 309…

Les personnages sont finalement peu nombreux et assez typiques des romans policiers. Un flic solitaire, plus ou moins « maqué » avec une prostituée, son coéquipier marié avec enfants. Un commissaire qui a de mauvaises relations avec ce flic. Bref, rien qui ne sort de l’ordinaire.

Pour moi, le vrai bémol a été le style de l’écriture. Je n’ai vraiment pas réussi à m’y faire. Sous le couvert, je crois, de l’humour, le texte s’alourdit de tournures et de jeux de mots qui m’ont laissée perplexe.

Donc, je retiendrai surtout le fond et non la forme, pour vous dire que ce roman bénéficie d’un scénario très intéressant.

 

4ème de couverture :

L'enfant est le père de l'homme… Mais depuis Freud on sait qu'il faut tuer le père pour devenir adulte... Y a plus d'enfants ! Semble se dire Matias Vialat. Pas un joyeux l'inspecteur Matias Vialat, pas un luron… Plutôt le genre à être submergé par la noirceur des existences. Et sous le soleil toulousain, la Garonne ne charrie pas qu'un accent rocailleux, les tragédies obscurcissent les enthousiasmes surtout quand ce sont des enfants qui en sont les victimes. Tous les enfants sont un peu les nôtres, leurs souffrances sont aussi dans nos chairs et nos entrailles. Comment sortir indemnes, tombés des enfers ?

 

L’auteur :

Jean-Jacques Cripia est gersois, il considère donc qu'au nord d'Agen c'est la Norvège… A commencé très tôt à fabriquer du théâtre au sein d'une troupe qu'il créa pour monter avec plus ou moins d'altitude Anouilh, Molière… Comme tout le monde… A passé plus de temps sur les planches à étudier des rôles, qu'à plancher à l'école… Il est l'auteur de plusieurs pièces de théâtre, jouées au Festival Off d'Avignon et en tournée : Arthur, Mauvaises fois, L'Escalier, de one-man show L'Etoile Emeri et Crip comme Bach. Il a fondé Le Duo des Non, émission de radio sur la vie des habitants du petit village nommé Bourcagneux, diffusée sur Sud Radio depuis 1988 et adaptée en pièces de théâtre.

  • Poche: 320 pages
  • Editeur : Editions Cairn (14 juin 2017)
  • Collection : Du noir au Sud
  • ISBN-13: 9782350685922