41GcQOqwZqL

 

Inès a perdu ses parents alors qu’elle était très jeune : sa mère peu après sa naissance et son père, victime innocente d’un attentat perpétré par ETA alors qu’elle était toute petite. Elle a été élevée par ses grands-parents paternels Casimiro et Nanou, handicapée suite à un AVC.

Inès partage sa vie entre la région parisienne et le Pays Basque de son enfance, où elle vit une relation passionnée avec Mikel qui a lui aussi perdu son père très jeune.

Lorsque Casimiro réchappe miraculeusement à une tentative de meurtre, les secrets du passé resurgissent et Inès va découvrir que toute sa vie n’a été que mensonges. Elle va apprendre que son grand-père n’est pas une innocente victime, que son père n’a pas été victime d’ETA mais en faisait partie et que ce sont les Galeux, groupuscule anti-ETA, qui l’ont assassiné.

 

Mon avis :

Ce roman n’est pas juste un polar.

Ce n’est d’ailleurs pas l’intrigue qui interpellera le plus. La facture est en effet assez classique.

C’est surtout un roman qui vous fera découvrir une partie de l’histoire de ce Pays Basque. Une région magnifique et qui a su conserver un côté « sauvage ». Une région qui a connu aussi des années noires, ou plutôt rouges.

Tout le monde, en tout cas les plus de 30 ans, ont entendu parler d’ETA. Elle nous a été présentée dans les médias de l’époque comme une organisation terroriste sans plus nous expliquer ses motivations hormis le fait que ETA réclamait son indépendance, autant vis-à-vis du gouvernement français que du gouvernement espagnol.

Le Pays Basque est partagé entre Espagne et France. ETA revendique son indépendance, à l’image des Corses ou des Irlandais du Nord.

Dans ce roman passionnant, vous découvrirez les motivations d’ETA et les dessous de sa répression par les deux gouvernements par l’utilisation des Galeux, sorte de milice mercenaire à leur solde.

Bon, c’est le point de vue développé dans le roman, point de vue résolument pro-séparatiste.

L’auteur est un journaliste de presse écrite et cela se ressent indubitablement dans ce roman. Si on ne nous le disait pas dans la 4ème de couverture, on le devinerait sans peine.  Ça a un avantage, la précision des faits et des détails ainsi que la clarté de la description des événements.

Ça a peut-être aussi le désavantage du manque de neutralité. Mais ça, dans tous les romans sur fond historique, on le retrouve à chaque fois. A chacun de se faire son opinion et à en apprendre plus.

L’auteur a vraiment su rendre passionnante la découverte, pour moi, du pourquoi et du comment qui ont engendré ces bains de sang.

Parlons de la trame policière aussi. L’auteur mêle très habilement les faits historiques, puisque inspirés de faits réels, à l’histoire d’Inès.

Inès est une jeune femme très touchante dont le monde s’écroule quand elle apprend que son grand-père était un Galeux et qu’il est même soupçonné d’avoir abattu son père dans les années 80.

Mikel, son petit ami, se révèle être un membre d’ETA et est obligé de fuir en Amérique du Sud alors que la police le recherche pour la tentative d’assassinat sur Casimiro, le grand-père d’Inès.  Mais la vérité a toujours plusieurs facettes et plusieurs versions. Inès va le découvrir.

 

L’auteur :

Ancien journaliste de presse écrite (quotidiens, hebdos, mensuels puis agence), Bruno Jacquin embrasse ensuite une carrière dans la presse institutionnelle pour le compte d’un service public. Ressentant un grand besoin d’air, il quitte ce dernier pour assouvir sa passion de l’écriture. Féru de littérature noire et policière ainsi que d’histoire contemporaine et de politique, il mélange habilement les genres. Galeux est son deuxième roman.

 

4ème de couverture :

Au milieu des années 1980, en toute illégalité, ils ont fait régner la terreur dans les rangs des indépendantistes basques. On les appelait.... Galeux.

Qui étaient les « galeux », surnom donné aux membres des GAL, organisation paramilitaire financée par l’État espagnol pour lutter contre ETA, dans les années 1980 ?
Mai 2005. Casimiro Pozuelo, paisible retraité espagnol est victime d’un attentat au Pays basque français dont il réchappe miraculeusement. Avide de vérité, Inès cherche à comprendre pourquoi on en veut ainsi à son grand‐père. Elle se penche alors sur son passé et découvre des informations terrifiantes qui la tirent du mensonge permanent dans lequel elle était maintenue depuis sa naissance.
Inspiré de faits réels, « Galeux » est une plongée à rebondissements, sans tabous, au cœur des années noires de la « guerre sale » (1983‐1987) menée en France contre les indépendantistes basques.
Un scandale d’État dont la plaie n’est pas complètement refermée aujourd’hui encore.

 

  • Poche: 272 pages
  • Editeur : Editions Cairn (11 mai 2017)
  • Collection : Du noir au Sud
  • ISBN: 978-2350682426
  • Prix : 11.00 euros