9782330078270

 

Aujourd’hui je voudrais vous présenter un magnifique roman policier dont l’intrigue se déroule dans un décor incroyable.

Lucia et Ana ont toutes les deux 11 ans. Un soir, en rentrant du collège, elles se volatilisent. Des recherches sont organisées. La police, les journalistes et Joaquin, le père de Lucia, n’ont qu’un objectif, les retrouver, en vain.

Cinq ans plus tard, une voiture fait une embardée et finit au fond d’un ravin. A son bord, le conducteur, décédé et une jeune fille de 16 ans. Ana. L’une des deux fillettes disparues est enfin retrouvée, saine et sauve. Sara, policière, est dépêchée sur place et va devoir travailler sur l’enquête avec Victor, membre de la police locale. Ils vont devoir convaincre Ana de leur raconter ces cinq années et tenter de retrouver Lucia, le plus rapidement possible.

 

Mon avis :

Ce roman policier est grandiose et ce, sur plusieurs points.

Evidemment, il y a l’histoire. Une disparition d’enfants et l’espoir qui renait dans des familles brisées par le chagrin. Une enquête très compliquée pour les enquêteurs, victimes de la loi du silence régnant dans cette vallée.

L’auteur nous trimbale de parts et d’autres, nous faisant soupçonner les uns puis les autres. Il disperse des rebondissements poignants qui font repartir l’enquête dans l’autre sens. C’est clairement un maestro des fausses pistes…

Il y a également les personnages. Ils ont chacun leurs secrets, leurs mensonges, leurs démons aussi.

Sara, la femme flic qui dirige l’enquête avec Santiago, un flic près de la retraite et qui l’a prise sous son aile des années auparavant et à qui elle doit tout.

Victor, membre de la « Guarda civil », enfant de ce village, qui a connu le pire avec la perte de son épouse, noyée dans la rivière en crue quelques années auparavant. Il vit seul avec Nieve, son chien.

Ana, jeune femme troublante qui, bien que sauvée de son ravisseur, garde cette peur en elle et prétend ne jamais avoir vu son tortionnaire.

Raquel, Montserrat, Joaquin et Alvaro, les parents.

Raquel et Alvaro sont les parents d’Ana. A la disparition des fillettes, Alvaro est désigné comme suspect et, bien qu’innocenté, leur couple n’y survivra pas. Ils se rapprocheront pour Ana, son équilibre, son bonheur.

Montserrat et Joaquin sont les parents de Lucia. D’abord jaloux que ça ne soit pas leur fille qui ait été retrouvée, ils ne cesseront d’espérer qu’Ana leur permettra de retrouver Lucia.

Enfin, il y a le décor de ce roman. Un décor magnifiquement mis en place et entretenu tout au long de l’histoire. Une vallée nichée au cœur du Monte Perdido. Le Monte Perdido est une montagne qui se situe à peu près au centre de la chaîne Pyrénéenne, non loin de Gavarnie. Une région où l’on peut trouver des canyons et où les neiges peuvent être éternelles.

La nature y fait sa loi.

Ce roman c’est aussi un hommage à cette nature encore pure. Les animaux qui la peuplent, sa végétation autant que son climat nous assurent un dépaysement complet.

A l’image de ces hommes, vivant entre ces montagnes. Des hommes durs qui pratiquent la contrebande, qui aiment chasser et qui vivent de générations en générations dans le village. Un village qui forme une famille et qui ne révèlera jamais ses secrets ni ne dénoncera l’un des siens.

En résumé, un roman passionnant dans un décor grandiose, une superbe découverte pour moi.

 

4ème de couverture :

Monteperdido : un village de montagne acculé contre les plus hauts pics des Pyrénées. Des routes sinueuses, impraticables en hiver, des congères, des rivières qui débordent. Quelques familles, souvent coupées du monde, des sangliers et des chevreuils dans les forêts de peupliers et de pins noirs. C’est là que disparaissent un jour deux fillettes de onze ans qui, comme tous les soirs, traversaient la pinède de retour du collège. Malgré la mobilisation exemplaire du village, on n’a jamais retrouvé leurs traces.
Cinq ans plus tard, au fond d’un ravin, une voiture accidentée et le cadavre d’un homme. À ses côtés, une adolescente désorientée mais vivante : Ana, une des fillettes disparues. Si l’autre est toujours en vie, le temps presse. Qui se cache derrière cet enlèvement ? Deux inspecteurs de Madrid viennent rouvrir l’enquête mais se heurtent à l’hostilité des habitants qui chassent en meute, faisant front contre l’élément exogène, prêts à lutter jusqu’à la mort pour cacher leurs terrifiants secrets. Il apparaît pourtant qu’Ana connaît son ravisseur. Est-ce uniquement la peur et la proximité de son bourreau qui la musellent ? Comment comprendre la troublante triangulation qui s’est jouée pendant cinq ans dans le sous-sol exigu d’un refuge de montagne ? Un roman puissant, âpre et vertigineux à l’image de son saisissant décor.

Découvrez un extrait ici :

 

Monteperdido

Deux fillettes de onze ans traversent la pinède, comme tous les soirs, pour rentrer du collège. Elles n’arriveront jamais chez elles. Cinq ans plus tard, au fond d’un ravin,

http://www.actes-sud.fr



L’auteur :

Agustín Martínez est né à Lorca, dans la région de Murcie, en 1975. Après une formation en audiovisuel, il a commencé une carrière dans la publicité avant de se consacrer à l’écriture de scénarios. Depuis 1999, son nom est associé à plusieurs séries télévisées qui ont connu un réel succès en Espagne.

En 2015, il publie Monteperdido, son premier roman, traduit cette année en France chez Actes Sud. Un huis-clos en pleine nature qui se déroule dans un village et une vallée imaginaires sous l’ombre imposante du Mont Perdu dans les Pyrénées aragonaises.

Il sera à Toulouse en octobre 2017 pour présenter ce premier roman dans le cadre de la collaboration entre Toulouse Polars du Sud et le festival Valencia Negra.

 

Actes Sud Littérature
Actes noirs

Mai, 2017 / 14,5 x 24,0 / 480 pages

Traduit de l'espagnol par : Claude BLETON

ISBN 978-2-330-07827-0
prix indicatif : 23, 00€